Abonnement

captcha 
Canton: AG...ZG Ailleurs:AA


Parlement menteur

La Loi énergétique votée par le Parlement le 30 septembre 2016 ne prévoit un financement - par le biais de la Rétribution à prix coûtant (RPC) - que pour le premier paquet de la Stratégie énergétique 2050, une RPC attribuable jusqu'en 2023 seulement, mais payable 20 ans encore aux heureux bénéficiaires. Pour le second paquet s'étendant jusqu'en 2050, le Conseil fédéral avait envisagé l'introduction de taxes incitatives sur l'énergie. A l'unanimité, le Parlement a depuis lors décidé de renoncer à l'option des taxes incitatives tant détestées par le peuple. Jusqu'à maintenant, le Conseil fédéral n'a pas formulé de solution de rechange sérieuse. Pire, le Conseil national a choisi le 8 mars 2017 de ne pas entrer en matière sur le second paquet de mesures. On ferme les yeux et les oreilles pour ne pas s'engager dans une discussion inopportune avant la votation du 21 mai sur la nouvelle loi.

Que le peuple sache que la loi se donne des objectifs énergétiques chiffrés à l’horizon 2035, voire 2050, sans que soit défini le financement de ce programme au-delà de 2023. Le Parlement viole donc une règle législative et démocratique fondamentale, celle de stipuler le financement de toute loi approuvée par le Parlement. Mais nos élus s'en moquent et préfèrent tromper le peuple, car ils craignent que les citoyens ne se rendent compte trop tôt que ce premier paquet verdoyant conduira immanquablement au second paquet, une affaire de plusieurs centaines de milliards. Pour faire accepter la loi, Conseil fédéral, Parlement et promoteurs espèrent que le peuple n'y verra que du feu, que les coûts du premier paquet.

Mensonge-Tromperie-Supercherie

BP - 9 mars 2017